Anne Quéméré et son nouveau Défi Arctic Passage - 2015 - Crédit Photo Anne Quéméré

Femme de la mer et d’aventure, Anne QUEMERE vit le défi, la passion et la prise de risque au quotidien. Ambassadrice AS WE ARE et intervenante auprès de nos clients, retrouvez dans cette interview, les moteurs de son nouveau défi et ingrédients de sa réussite. Alors qu’elle avait échoué en 2014, Anne est repartie sur les mers glacées, accompagnée cette fois, avec un double objectif : sportif et écologique. Elle nous a accordé cette interview juste avant son départ pour partager cette aventure humaine inspirante pour tout ceux et celles qui osent au quotidien, dans les projets d’entreprise/entrepreneuriat comme dans les projets personnels.

Anne QUEMERE, tu vis ta passion de l’aventure au travers les océans, quel est ton nouveau défi ?

Après mes traversées en solitaire de l’Atlantique et du Pacifique, à l’aviron puis en Kiteboat, c’est en kayak cette fois que je souhaite tenter une expédition à travers le mythique Passage du Nord-Ouest dans le cercle arctique. Ce périple d’environ 3400 kilomètres, est impressionnant par son échelle mais minimaliste par ses moyens et ne peut s’entreprendre que pendant les trois mois d’été lorsque la fonte des glaces ouvre momentanément une voie entre la Mer de Beaufort et le Détroit de Lancaster. Cette traversée s’effectuera à deux au cours de l’été 2015.

Au-delà de l’aspect sportif, est avant tout une aventure humaine qui s’enrichira de nombreuses rencontres au fil de l’eau. C’est évidemment un challenge qui nécessite une préparation sans concession aussi bien sur le plan technique que physique.

Une fois là-bas, rien ne sera tracé à l’avance, l’embâcle et la débâcle imposeront la route et c’est bien là toute la difficulté et la magie de ce type d’aventure.

Le parcours du Défi Arctic Passage 2015 - Anne Quéméré

 –

Qu’attends tu de ta future expérience à venir, toi qui a toujours navigué seule ?

Je n’avais pas imaginé il y a 2 ans, alors que je préparais le projet Arctic Passage, que  ce périple à travers les glaces du grand nord canadien s’enrichirait d’un coéquipier : Raphaël Domjan, un Suisse passionné d’exploration et de défis solaires.

Lui et moi nous suivons depuis plusieurs années, mais nous n’avions jusqu’à aujourd’hui, pas eu l’occasion de naviguer ensemble. A l’automne dernier, tout s’est décidé suite à un appel téléphonique de Raphaël qui m’a alors fait part d’une idée plutôt originale : modifier un kayak standard pour lui permettre de naviguer à l’énergie solaire et en faire ainsi le premier « véhicule » solaire à croiser dans l’Arctique. 

L’innovation ayant souvent été le fer de lance de mes traversées passées, ma curiosité a immédiatement été éveillée. 

Qu’est ce qui t’anime pour partir, quels sont les moteurs de tes défis ?

C’est avant tout la passion qui anime mes choix, quels qu’ils soient.

Aller au bout de ses rêves est devenue au fil des ans et de mes aventures, une philosophie de vie, une sorte de quête du plaisir qui passe par une profonde recherche de soi.

L’aventure crée des instants magiques, et ce faisant, elle nous offre le plus précieux des cadeaux : la pleine conscience de vivre et surtout de vivre l’instant présent. 

– 

Quelles sont les clés d’une bonne préparation ?

La condition physique représente la base d’une bonne préparation. Sans elle, on ne va nulle part. Elle doit systématiquement être associée à une préparation mentale. Les 2 vont de paire, et nécessitent un entraînement en amont du voyage qui s’annonce. Enfin, et c’est ce qui est certainement le plus difficile à gérer, il faut rester à l’écoute de son organisme et  savoir s’accorder des périodes de récupération. En période de préparation, on a tendance à s’imposer des charges de travail importantes, persuadé que là est la clef du succès. Mais

Le corps a ses limites et tôt ou tard si les temps de récupération n’ont pas été respectés, on en paye le prix, parfois fort ! 

Enfin, pour finaliser une bonne préparation, il faut agrémenter le tout d’une bonne hygiène de vie et le tour est joué !

Comment parviens-tu à transformer les obstacles sur ta route et tes projets pour aller au bout de tes défis ? Où vas-tu puiser tes ressources ?

Tous mes projets naissent avec un objectif bien précis vers lequel je tends étape par étape. A chaque nouvelle étape de franchie c’est une petite victoire qui se gagne.

Rien n’est alors plus gratifiant que de regarder le chemin déjà parcouru plutôt que de se focaliser sur tout ce qu’il reste encore à effectuer ! 

C’est un peu comme le principe du verre à moitié vide ou du verre à moitié plein, une question de perspective.

J’essaye, dans la mesure du possible, de toujours garder une petite dose d’optimisme et de trouver un aspect positif, aussi infime soit-il, à toute situation. Lorsque les obstacles viennent d’éléments extérieurs, telle qu’une mauvaise météo par exemple, je sais que rien ni personne ne peut modifier la donne et que la seule chose à faire alors est, le gros dos. Il m’a fallu quelques voyages océaniques en solitaire pour l’accepter, mais aujourd’hui, c’est une philosophie de vie qui m’accompagne au quotidien et qui me permet de continuer à mener mes défis contre vents et marées.

 –

Le mot Engagement reviens très souvent en entreprise, et c’est d’ailleurs un thème que tu abordes avec beaucoup d’impact en conférences, quel sens donnes-tu à l’engagement ?

Un engagement s’inscrit dans le temps et implique que nous mettions toute notre énergie à agir en fonction de nos propres convictions pour atteindre un objectif auquel on croit profondément.

On range au placard, excuses en tout genre, analyses à n’en plus finir, auto-apitoiement et remises en question qui n’apportent rien…

L’engagement c’est l’action. La motivation en est le carburant, les projets en sont l’accélérateur.

Anne Quéméré en conférence partage son aventure et projet Arctic Passage

Crédit Photo : Anne Qéméré – 2015 

Les interventions d’Anne Quéméré : 

Faire des parallèles entre le monde de l’aventure et celui de l’entreprise.

Au cœur de sa démarche, le partage et l’échange, quel que soit le public, jeunes ou vieux, hommes ou femmes, marins ou terriens.

Lors de ses interventions, l’idée est plutôt de mettre en avant les valeurs qui sont celles nécessaires à la réalisation des défis qu’elle entreprend : l’engagement, la persévérance, la force mentale et l’esprit d’initiative, la capacité d’adaptation, la rigueur et le sens de l’organisation, etc.

 –

Le véritable échec, c’est de ne pas recommencer.

 –

Thèmes abordés par Anne Quéméré : 

  • Gestion d’équipe et management de projet
  • Sécurité et Gestion des risques
  • Engagement et défi 
  • Leadership féminin

Retrouvez son histoire, son parcours et nos séminaires entreprises.

1 200

One thought on “[#Rockstar] : Anne Quéméré, exploratrice : “l’échec serait de ne pas recommencer”

  1. Lionel Clément 2 years ago

    Avoir intégré l’échec dans sa propre histoire est la marque des belles personnes : Anne Quéméré est en ce sens une vraie source d’inspiration pour tous les entrepreneurs, et toutes les personnes soucieuses de leur personal branding ! Merci pour cette belle leçon de dépassement de soi.