Portrait de change maker : Benoît Legrand, Global head of FinTech, ING

Ce banquier-là na attendu personne pour faire sa révolution digitale. Investi à 200% dans tous les projets du groupe ING depuis 20 ans, lex CEO de ING Bank France qui regroupe notamment le numéro 1 de la banque en ligne en France, ING Direct, soccupe désormais de connecter lentreprise avec les start-up de la FinTech. Passionné de digital et speaker de la communauté As We Are, Benoît Legrand se confie sur sa vision du changement, une notion qui est loin de lui faire peur.

Existe-t-il encore des collaborateurs qui se projettent plus de 20 ans dans une même entreprise ?

Oui, lorsque celle-ci cultive les valeurs de l’entrepreneuriat comme la prise de risque et la vivacité, et que ses dirigeants restent modernes et accessibles. Tel est le credo de Benoît Legrand, qui vient de quitter son poste de Directeur Général d’ING Bank France pour diriger les activités FinTech du groupe ING, après une vingtaine d’années passées dans ses différentes filiales. « Loyal et passionné », il se considère comme « intrapreneur » dans une entreprise protéiforme : avec quelques 52000 collaborateurs et 35 millions de clients, ING Bank est présente dans plus de 40 pays et est, avec ING Direct, le pionnier de la banque en ligne en termes d’histoire et d’importance.

Son nouveau challenge ?

Accélérer la transformation digitale du groupe en s’ouvrant aux start-up et PME innovantes : « nous avons besoin de nous enrichir de la technologie et de l’agilité des start-up de notre écosystème », explique-t-il. Pour ce faire, il joue les entremetteurs pour connecter les business leaders du groupe aux entrepreneurs, avec l’ambition ultime de « retourner le modèle bancaire à 180 degrés »…

 

Le jour où tout a changé

Difficile d’en choisir un… Les plus marquants sont sans doute le décès de mon père lorsque j’avais 15 ans, la réussite de mes études en néerlandais, mon expérience de création d’entreprise et son échec, mon arrivée en Pologne face à 8000 personnes dont je ne parlais pas la langue… J’adore relever des challenges et ma stratégie consiste à me remettre en question en permanence. J’aime redescendre au niveau 1 de l’échelon pour mieux apprendre et prendre conscience de mes faiblesses.

 

Ma vision…

Sur la transformation digitale

L’enjeu n’est pas digital, il est humain : il faut commencer par transformer la culture des dirigeants. C’est une condition sine qua non. Ce sont eux qui inspirent les collaborateurs qui ensuite travaillent à améliorer l’expérience client… Il faut donc que le leader vive, avec passion, détermination et exemplarité, cette transformation au sein de l’entreprise et y confronte ses collaborateurs au quotidien.

Sur le modèle bancaire

Nous sommes à l’aube de grands changements. Le monde bancaire a une démarche obsolète en supposant que les clients sont prêts à financer la rentabilité de son modèle sans devoir répondre efficacement à leurs attentes. Dans notre société, c’est l’empowerment qui est en marche : le pouvoir change de mains, pour passer des institutions et des entreprises vers les individus. Notre première préoccupation aujourd’hui doit donc être : « quelle est la valeur que j’amène au client ? Combien est-il prêt à payer pour cela ? et d’adapter le fonctionnement de la banque en conséquence ». ING a compris cela très tôt.

Sur le leadership

En tant que dirigeant, je crois au « servant leadership » : soit l’inverse de la hiérarchie imposante et arrogante. Je me mets au service de mes collaborateurs, ce qui revient principalement à répondre à toutes les questions qu’ils se posent au quotidien pour remplir leur mission, que ce soit sur la stratégie, le recrutement ou l’organisation. Une fois cela résolu les énergies se déploient naturellement et efficacement.

 

 

Mon #management

#CHOC

L’acronyme de :

Courage : oser prendre des risques et des décisions impopulaires.

Humilité : être à sa juste place, reconnaître ses erreurs.

Ouverture : je sais que je ne sais pas, d’autres savent mieux que moi, la diversité comme enrichissement.

Confiance : créer un environnement de confiance dans lequel doutes, erreurs et imperfections sont possibles.

 

Ils m’inspirent

Quelques livres fondateurs sur l’humain comme Les Quatre Accords toltèques, de Miguel Ruiz, qui propose des règles de vie inspirées de la sagesse des guerriers amérindiens, et Le prophète de Khalil Gibran.

Nous sommes complémentaires

J’aime l’esprit sportif de nombreux membres de la communauté As We Are car les valeurs du sport rejoignent de près celles qu’il faut mettre en avant dans la direction d’une entreprise : enthousiasme, combattivité, humilité et goût du défi.

 

 

 

 

 

0 134