entreprises créativité innovation

Dans les entreprises, un seul mot d’ordre aujourd’hui : innover !

Innover pour se transformer, innover pour être plus compétitif et accélérer le business. Innover par la création de valeur interne et externe.

Innovation ne rime plus seulement avec innovation technologique mais désormais innovation de services. Innovation ne signifie plus énormes budgets R&D concentrés par des profils ingénieurs, mais peut être aussi très transversale et frugale, voir même ouverte aux clients dans les démarches d’open innovation.

Créativité et sérendipité, des réponses aux enjeux actuels de complexité et de frugalité

Nous ne pouvons plus raisonner avec logique et rationalité face à la complexité et à des cycles collectifs comme individuels de plus en plus courts.

La pensée créative est redevenue une pensée socialement acceptable. Les startups, les coworking, les communautés de partage des savoirs (Learn Assembly, The SchoolOfLife…), apportent des solutions inédites à des problématiques sociales, économiques, sociétales parfois.

Le nomadisme physique s’est généralisé, avec les tiers lieux, les pratiques en télétravail ou en tout lieu (ATAWAD), les voyages, les équipes multiculturelles, ayant stimulé une forme de nomadisme intellectuel, une agilité de l’esprit.

Au-delà des outils, Internet et les réseaux sociaux ont aussi amené une véritable révolution de l’esprit, celle d’une nouvelle forme d’acuité mentale, pour aller rechercher de l’information, des solutions, trouver par rebond les réponses, les comprendre, et repartir sur une nouvelle approche, un nouveau concept. Par sérendipité.

C’est aussi le système DCOL, on se débrouille pour trouver des solutions simples, accessibles, adaptables, transposables, à moindres coûts.

Navi Radjou, auteur de L’Innovation jugaad. Redevenons ingénieux !, français d’origine indienne, consultant en innovation immergé dans la Silicon Valley, a contribué à répandre cet état d’esprit “jugaad”, mot d’origine hindi qui signifie “savoir se débrouiller et trouver des solutions dans des conditions hostiles”.

En français, l’innovation “jugaad” est traduite par “innovation frugale”, celle dont l’objectif est de trouver des solutions radicalement nouvelles, mais économes en matières premières, en énergie…

C’est le retour du bon sens !

Les FabLab réinventent l’innovation dans l’entreprise

La multiplication exponentielle des labs et autres départements R&D dans de grandes entreprises démontre que notre système se cherche…

Quand Tesco et Nike (respectivement 76 milliards et 20 milliards de dollars de chiffre d’affaires) créent leurs «labs» : le Tesco Labs et le Nike Fuel Labs, comment ne pas y percevoir des signaux avant coureurs d’une inventivité stimulée dans les entreprises ? 

Depuis quelques années, les labs semblent être (revenus) à la mode. Les entreprises lancent aujourd’hui des labs un peu comme on créait autrefois des départements des ressources humaines ou de relation client !

Ces nouveaux labs agissent comme des incubateurs, intégrant en leur sein des personnes venues d’horizons différents et par conséquent plus à même de remettre en cause le modèle existant. Il s’agit alors pour les labs, les responsables du marketing ou de l’innovation, de «penser en dehors de l’entreprise», là où les idées peuvent naître plus librement. Orange Fab France, l’Accélérateur de Start-Ups d’Orange[1] en est un bel exemple !

Lâcher prise et créativité, dans l’ADN de la Gen Y ?

Lorsque, à l’université, Steve Jobs apprend la calligraphie, cette discipline nouvelle stimule son esprit créatif. De même, méditer au milieu des pommiers est pour lui une expérience inédite, source d’inspiration.

La créativité nécessite du temps et du lâcher prise. Des ruptures, des contraintes et des limites parfois. Elle prend son énergie dans de l’expérience du quotidien… Elle ne se décrète pas, elle se vit tout simplement.

Chez Google, le droit à l’erreur est un principe, et cela vaut pour tous les domaines. Il y a une vraie prise de risque sur certains projets ou développement d’idées. Pas de pensée magique. Ainsi, en 2006, Google lance une initiative inédite, pour favoriser l’engagement de ses salariés. L’entreprise a décidé de leur laisser plus de temps libre, avec un temps de travail effectif (80%) et un considéré comme du temps libre (20%), tout en les incitant à communiquer entre eux. Gmail a été conçu durant ce 20% de temps d’ouverture.

« L’individu est parfois meilleur dans ce qu’il fait à côté de son job. Alors on favorise sa créativité pour capitaliser dessus. Plutôt que de crayonner chez lui, le collaborateur crayonnera chez nous. ” Dorothée Burkel, DRH Google[2]

Il faut pouvoir proposer ces expériences-là aux jeunes talents, et à ceux qui ont cette culture Y, cette forme de pensée divergente, car si nous les laissons dans la pensée conventionnelle et linéaire, dans leur zone de confort, nous perdons tout leur potentiel (cf Article Entreprises passons en mode workshop !).

Chez As We Are nous considérons que la valeur est à faire émerger à la source, de tous vos collaborateurs et de vos clients ; nos démarches d’accompagnement sont totalement inclusives et les font participer dans la réinvention de vos business et organisations pour un « full commitment ».

[1] Orange Fab France, l’Accélérateur de Start-Ups d’Orange http://www.orangefabfrance.fr

[2] Source : Entretien de Dorothée Burkel, DRH Google pour l’Europe du Sud et de l’Est, l’Afrique et le Moyen Orient accordé en 2011 à L’Express http://bit.ly/1EZ5QHP

1 419

One thought on “[#WeDemain] : Redevenons ingénieux et créatifs pour transformer nos entreprises !

  1. Flavienne SAPALY 2 years ago

    Oui à la créativité biensur….mais il faut déjà être drôlement libre dans sa tète et avoir cheminé avec ses peurs pour pouvoir la mettre en oeuvre. Il ne suffit pas d’être de la génération Y pour être créatif. De bons anciens peuvent l’être aussi. C’est une question de développement personnel plus que d’age selon moi.