Entrepreneur visionnaire : comment retrouver l’esprit Grow-up selon Laurent Rouyrès, CEO et fondateur de Labrador

Quand on est à la tête d’une agence qui prône la transparence, l’éthique et les bonnes pratiques de gouvernance, on est voué à une certaine exemplarité. Laurent Rouyrès, fondateur de l’agence Labrador, agence conseil en communication réglementée qui accompagne les grands groupes dans la conception, l’édition et la traduction de leur information d’entreprise, s’efforce au quotidien de transmettre à ses clients et à ses collaborateurs sa vision de l’entreprise de demain. C’est dans ce contexte qu’il a fait appel à As We Are pour réinsuffler, dans un métier très institutionnel, le goût du risque et l’esprit start-up à ses équipes.

Avec Labrador, vous avez inventé le métier de la communication réglementée, et êtes devenu leader sur le marché français. Pourquoi la transparence est-elle un enjeu si important pour une entreprise de nos jours ?

Une entreprise aujourd’hui est une espèce de flux d’information ouvert : elle a une influence sur la société, et donc une responsabilité.

Ceci est particulièrement vrai pour les grands groupes sur lesquels la quantité d’information disponible s’accroît. Cela exige de l’entreprise qu’elle soit cohérente dans ses comportements et dans l’information qu’elle produit : c’est ce sur quoi nous accompagnons nos clients, avec la conviction que la transparence est créatrice de valeur.

Au sein même de votre entreprise, vous avez initié récemment un mouvement pour insuffler cette vision à vos équipes, avec l’accompagnent d’As We Are. Pourquoi une telle initiative après 20 ans d’existence ?

Avec un leadership fort en France, une implantation réussie aux États-Unis et des collaborateurs très fidèles (8 ans d’ancienneté en moyenne !), nous sommes forcément face à un risque d’« embourgeoisement », d’une baisse de l’innovation et de la prise de risque. Je me suis ainsi retrouvé face à une difficulté que je ne pouvais pas gérer seul : celle de relier ma vision de l’entreprise avec la réalité opérationnelle des équipes terrain. Je voulais attirer mes collaborateurs vers cette vision du monde de demain, les encourager à prendre des risques et in fine, à retrouver l’esprit start-up qui a fait notre succès. J’ai fait appel à As We Are pour animer cette mise en mouvement auprès de nos 50 Labradoriens.

Comment avez-vous procédé pour lancer cette démarche de transformation interne ?

J’ai commencé par rajeunir et féminiser le board de l’entreprise, afin qu’une équipe réduite et motivée puisse me challenger. Ensuite, sous la houlette d’un expert As We Are, nous avons organisé un séminaire de board pour faire le tri des priorités. Trois projets ont été retenus : le mieux vivre ensemble, sur le chemin d’une entreprise libérée en devenir ; la production d’avenir qui doit libérer plus de temps aux collaborateurs pour se mobiliser sur des tâches à valeur ajoutée pour nos clients ; et la croissance d’avenir, pour transformer notre vision en business viable. Ces trois projets ont été présentés à l’entreprise et chacun a pu se positionner dans l’un d’eux, quel que soit son métier. L’animation des projets au cours de l’année par As We Are s’est traduite par une série d’ateliers programmés et le coaching individuel des membres du board, pour une gouvernance et un management en mode projet participatif plus efficace.

Quelles réalisations concrètes sont ressorties du projet entreprise libérée ?

Nous avons désormais une communication interne ambitieuse pour notre taille : une « happy newsletter » chaque semaine qui diffuse uniquement des bonnes nouvelles.  Nous avons également mis en place avec une start-up locale un questionnaire anonyme de satisfaction hebdomadaire pour tous les collaborateurs sur le bien-être et le bonheur au travail. Le dernier projet lancé : limiter les réunions et les rendre plus efficaces. Tout cela initié et piloté par nos collaborateurs, qui peuvent aussi s’investir sur des projets d’amélioration de notre espace de vie ou de la politique RSE de l’entreprise. Nous avons également remis à plat une gestion plus transparente du management des ressources humaines, de la promotion et l’évolution dans l’entreprise.

Que retirez-vous de cette démarche et quelles sont les prochaines étapes ?

Un an après notre premier séminaire, nous avons dressé un bilan sur les objectifs atteints ou non, et commencé à en fixer d’autres sur chacun des projets. L’important était d’insuffler un mode projet à l’entreprise, que les équipes lèvent le nez de leur métier actuel et de leur quotidien pour comprendre la vision, et cela a fonctionné. Avec le recul, je constate que l’intervention d’As We Are a eu un double intérêt : remettre en mouvement l’entreprise et donner envie à chacun de participer au projet d’entreprise. Cela nous a aussi permis de révéler un certain nombre de talents, qui ont eu l’occasion de nous montrer leur envie. Nous avons aujourd’hui une équipe de 10 « boosteurs d’entreprise », très engagés sur l’entreprise de demain.

0 165