#Client : Sandrine Champetier, DRH du groupe MG, femme en phase avec ses convictions et visionnaire 2.0 de l’Entreprise

Diplômée en 2000 d’un DESS en Ingénierie du Management, j’ai fait un grand saut dans la Grande Distribution. J’ai eu la chance de faire des rencontres très riches. Certains m’ont appris mon métier, m’ont orienté et d’autres ont renforcé mon caractère  et m’ont appris à relativiser. La Grande distribution est une bonne école, mais au bout d’un certain temps, j’avais l’impression de courir à contresens sur un tapis roulant. Certaines rencontres m’ont permis de me poser les bonnes questions et ma certification Business Partner en 2013 à Paris Dauphine m’a aidé à prendre du recul sur ma fonction et sur mon environnement. Je souhaitais être en phase avec certaines de mes convictions. J’ai donc rejoint le Groupe MG en tant que DRH pour apprécier le dynamisme et la réactivité d’une PME.

 

Faut-il redoubler d’agilité en matière de gestion de ressources humaines dans le cadre d’un cabinet d’experts comptables ?

La gestion des ressources humaines au sein du secteur des cabinets en expertise comptable est encore à l’état d’embryon. Je suis arrivée, il y a plus de 2 ans et demi, sur une création de poste au sein du Groupe. MG a innové car peu de cabinets d’expertise comptables ont un responsable dédié à cette fonction. Il a fallu faire sa place petit à petit au milieu de « sachants ». Pas simple, mais c’est en redoublant d’agilité, d’observation et de surprises qu’on y arrive petit à petit…

 

Vous êtes, ce que l’on peut appeler, une DRH 2.0, qui possède une vision moderne de l’entreprise de demain, que vous avez fait partager à votre entreprise. Pouvez-vous nous l’expliquer ?

 Nous vivons dans une société schizoïde où tout est son contraire et les actes contredisent les discours… Nous sommes à l’aube de grands changements, certaines croyances s’écroulent… Aujourd’hui, il me semble important que l’Entreprise soit humaine et doit permettre à chacun d’obtenir le meilleur de soi-même. Et au-delà du sens à trouver, il y a aussi le sens à donner, à véhiculer au sein même de l’entreprise, retrouver la raison d’être de l’entreprise.

Nous devons réinstaurer, au sein de l’entreprise, le verbe être avant de penser au verbe avoir. Il me semble qu’une entreprise qui prône le collaboratif génèrera dans les années à venir beaucoup plus de valeurs. C’est Kevin Roberts qui disait justement :

« Nous sommes déjà passés du management au leadership, et sommes à la veille de passer du leadership à l’inspiration. Au 21ème siècle pour atteindre des niveaux élevés de performance, une organisation doit créer des conditions telles que ses acteurs libèrent leurs énergies. Il ne s’agit plus de manager ni de diriger, il s’agit d’être ensemble en co-inspiration ».

 

Comment avez-vous perçu l’intervention de Nicolas Riché, l’un de nos speakers, et chef d’entreprise qui incite le travail collaboratif et redynamise les rapports sociaux entre collaborateurs ?

Les valeurs de Séverine, des speakers de As we are, sont des valeurs qui résonnent en moi. Un esprit ouvert et un cœur ouvert sont des intelligences qui m’animent au quotidien. L’intervention de Nicolas à la convention annuelle nous a permis de réveiller certaines valeurs qui dormaient peut-être en nous. Le fait de se dire qu’il faut avant tout être au cœur de ses équipes, et construire avec les collaborateurs sont des pratiques intéressantes et pleines de sens.

 

Vous qui prônez les valeurs d’AS WE ARE concernant la transformation, mais aussi l’esprit grow-up et l’humain au centre de l’entreprise, quelles sont vos actions, au sein de MG pour mener à bien ce projet ?

J’essaye de connaître chacun des collaborateurs en étant avec eux et au cœur de leur organisation, de m’intéresser à chaque métier au sein de l’entreprise, afin de comprendre et avancer.

Mais j’essaye aussi d’aller au-delà d’un discours en alliant message et action. Cette année, j’avais réellement envie de leur démontrer qu’on pouvait innover, en levant certaines croyances et en se mettant quelques fois dans une zone d’inconfort sans avoir peur du jugement de l’autre.

J’ai pris une problématique de communication et j’ai déroulé devant eux tout le chemin parcouru pour arriver à une solution. J’ai donc mis en scène cette solution et devant les 300 collaborateurs, j’ai communiqué une consigne du quotidien en faisant le crieur public sur scène. J’ai été très surprise par la réaction des collaborateurs, j’ai reçu énormément de belles choses de la part de certains. Ça fait aussi du bien, c’est ce qui permet de me rappeler pourquoi je fais ce métier aujourd’hui.

 

 

Ma vision sur …

… La Génération Y en entreprise

 On parle beaucoup de générations en entreprise. Il y a toujours eu des conflits générationnels. Pour moi, ce sont surtout les changements sociétaux qui impactent nos entreprises. Depuis plusieurs années, la société a fait irruption dans nos entreprises. Toutes les générations au sein de l’entreprise représentent un tout, un système. Et ma question, c’est comment on arrive à faire en sorte que ce tout co-crée ensemble et co coopère dans l’action. Si on peut parler de génération Y, je dirais qu’elle nous réveille et nous  rappelle certaines questions à se poser à la fois en entreprise mais aussi personnellement :

Qu’est-ce qui donne du sens à mon poste, à ma vie, à mon entreprise ?

Qu’est-ce qui me fait lever le matin ?

Quelles sont les valeurs auxquelles je ne dérogerais jamais dans ma vie ?

Quels sont mes talents ? Quelles expériences j’ai envie de vivre ?

 

… Le bonheur et le plaisir au travail

Les salles de détente, les salles de Gym, les massages en entreprises et autres ne sont pas pour moi ce que j’appelle le bien-être au travail. Ce ne sont pour moi que des vitrines…

 Il est très important et essentiel de prendre du plaisir dans son poste. Le bonheur et le plaisir est propre à chacun. Une entreprise dans laquelle nous pouvons être soi-même, où la liberté de parole est une valeur au quotidien, où la reconnaissance et le respect sont pratiqués par chacun, tout ça agrémenté de quelques pointes d’humour et d’évènements ludiques. Pour moi ça c’est le bonheur en entreprise. Avec tous ces ingrédients, vous avez des acteurs en entreprise qui existent en toute simplicité !

Il me semble important de remettre la valeur travail au cœur même de nos organisations. Mais pas simple de réapprendre la simplicité et le bon sens ! Le pire malheur pour un collaborateur c’est de se savoir compté pour nul.

…  La transformation numérique

Le numérique ne remplace pas le travail mais il va le remodeler. Je pense qu’il faut appréhender la révolution digitale comme une opportunité de transformation au sein de nos entreprises. De nouvelles formes de travail vont sûrement voir le jour… Il faut donc développer d’autres savoirs, ne pas vivre avec les expériences du passé. Nous devrons anticiper, former pour que chacun puisse s’adapter à cette transformation numérique.

 

Mon slogan

 Reconnaître ce qu’on voit / dire ce qu’on pense / faire ce qu’on dit /voir ce qu’on fait

 

Ils m’inspirent

L’approche et l’analyse systémique m’inspirent depuis toujours enfin depuis mes cours en Maîtrise d’Audit et Gestion à Lyon 2. Il est des rencontres qui ne durent que quelques instants et qui résonnent une vie entière :

Henri SAVALL (l’approche socio-économique) lors de mes stages à l’ISEOR, Guibert del marmol (le modèle économique régénérateur). Actuellement, je me nourris de La théorie U d’Otto Scharmer.

Et surtout au quotidien : mon conjoint, mes enfants, ma famille, mes Amies, mes Amis , les acteurs de mon environnement professionnel, les collaborateurs, les groupes de travail, mes contacts avec les écoles…

 

 

 

Lisez d’autres #Success stories de personnalités d’AS WE ARE : LabradorAxellianceBNPColumbus Café

0 373